Mathilde Lucain

Attachée aux traditions, Mathilde a choisit de se consacrer à l'entretien des cultures du terroir. Une histoire de famille...

L’exploitation

Mon exploitation est située au coeur des Cévennes entre St Germain de Calberte et St Etienne Vallée Francaise dans le sud de la Lozère.
Je me suis installée en 2006. Originaire des Cévennes de par ma mère, (mes grands parents y étaient paysans), je menais avant cette installation une double activité, une partie de l’année était consacrée « à la terre » sur la propriété de ma grand-mère que j’exploite toujours, l’autre partie « aux hommes » en Afrique de l’ouest pour du suivi de groupements de femmes sur des jardins maraîcher de contre saison.
A ce moment là mon activité agricole était basée sur la castanéiculture (grâce à la rénovation de la châtaigneraie que mes parents ont effectué il y a trente ans) depuis j’ai développé la culture de petits fruits (framboisiers, fraisiers, myrtillers, cassis, groseilles) ainsi qu’entretenu les anciens vergers qui contiennent pruniers, pêchers, poiriers, cerisiers, figuiers, pommiers. J’ai aussi monté un petit troupeau ovin afin d’entretenir la châtaigneraie après la récolte.
Je suis seule à retirer un revenu de l’exploitation mais travaille avec l’aide de ma mère au quotidien et de mon oncle pour les gros travaux (foins, transport des châtaignes, travail du sol…). Certains jardins sont sur des terrasses comme beaucoup dans notre région au relief accidenté, ce qui ne facilite pas le travail (difficulté d’accès, parcelle de petite taille…).
Toute mon exploitation est engagée dans le mode de production en agriculture biologique et certifié par Ecocert, organisme par lequel je suis contrôlée chaque année. La labellisation n’a rien changé à mes pratiques agricoles, puisque je n’utilise aucun traitement ou engrais chimiques mais uniquement le fumier de mes animaux et de rares traitements naturels.
Cette façon de vivre et de travailler avec la nature et dans le respect de l’environnement c'est ma grand mère Alice qui me l'a transmise ainsi que ses recettes....


L’élevage

J’élève donc une vingtaine de brebis mère qui nettoient ma châtaigneraie et me procurent un petit revenu complémentaire par la vente des agneaux.
J’interviens très peu sur mon troupeau qui sort tous les jours (mis à part les mauvais jours d’hiver)et qui n’est complémenté qu’avec le foin que je récolte et les brises de châtaignes sèches.

La race de départ est «blanche du massif  central»
mais un joli mélange donne un troupeau de toutes les couleurs

Les agneaux sont abattus à l’abattoir d’Alès à l’age de six mois et passent par un atelier de découpe, je récupère la viande en caissettes que je livre en caisson réfrigéré dans la journée aux clients. Sinon je les vends en vif.


 Les principaux points du cahier des charges AB sont les suivants :

  • surface et litière suffisante et renouvelé fréquemment pour le bien être animal (1,5 m² par brebis, 0.35 par agneau) ma bergerie comporte 2m² par animal lorsqu’elle contient 20 brebis et 30agneaux, le fumier est curé en fin février et début novembre
  • surveillance des interventions et traitements sur les animaux (3 traitements par an autorisés dont un antiparasitaire) quasi inexistant chez moi mis à part un vermifuge et quand il y a besoin je privilégie l’homéopathie.
  • les aliments doivent être issu de l’agriculture biologique, chez moi l’alimentation est autoproduite à 100%, sauf sel et oligoéléments qui sont certifiés.

Thelma & sa fille An’isette

Nous avons aussi 4 ânes qui nous fournissent du crottin et sont de très bons débroussailleurs et bons compagnons pour les ballades, avec l’espoir de les faire travailler si l’on arrive à trouver du temps.


La culture

La pampa d’un jardin plein champ bio,
au premier plan les fraises,
derrières les framboisiers.

Toutes mes cultures sont des cultures de pleins champs, tout mon arrosage est monté en goutte à goutte, la récolte est faite manuellement tous les 2 jours pendant la saison estivale.


  • Le maraichage (500m²) est surtout consacré à l’autoconsommation. J’utilise des semences anciennes Kokopelli et essaie de mettre en place un parrainage de semence d’une pastèque à confiture. Je fais aussi un peu de vente directe : tomate, poivrons, aubergines, courgettes, carottes, poireaux…
  • les petits fruits : plants AB,
    les framboisiers : 400m², 300 plants (meeker,heritage),rendement 250 kg. Les travaux culturaux : taille l’hiver, tonte entre les rangées au printemps, pose des fils de fer ou grillage pour les maintenir, fumure, arrosage , récolte à partir de juin pour les non remontants, grosse récolte et transformation en sirop et gelée, pour les remontants récolte tout l’été et vente direct,
    les fraisiers : 150m², 400plants (mara des bois, ciflorette, cirafine), rendement 200kg pendant 3 ans maximum et renouveler. Les travaux culturaux : nettoyage des plants l’hiver, fumure (fumier et crottin), paillage, arrosage, récolte de juin à septembre transformation et vente directe.

  • les châtaignes 
    Ma châtaigneraie est composée uniquement de variétés traditionnelles (figarette, pellegrine, dauphine, rabaïrèse), elle est entretenue par mes brebis donc en septembre je fais un petit nettoyage du sol (arrachage petite ronce ou genet) puis je place mes filets. Je ne pratique aucun traitement sur le fruit, en ce qui concerne l’arbre j’ai recours au traitement contre le chancre si nécessaire (pour les jeunes greffes) avec un champignon hypovirulant dont la souche est certifié AB.

Le séchage des châtaignes.

Je travaille sur 5 hectares de châtaigniers dont 1 hectare en rénovation (taille sévère, ne sera productif que dans 5 ans).
La récolte s’échelonne de fin septembre à fin octobre selon la précocité des variétés et le climat. Je ramasse en moyenne 4.5 tonnes en utilisant deux fois mes filets dans la saison.  Je transforme 400kg en confitures, sirop et châtaignes au naturel en atelier collectif à la CUMA du pendedis, je sèche 2.5 tonnes qui donneront 800 kg de châtaignons, farine et pilpil, le reste est vendu en frais.


 

La Clède


Les autres arbres fruitiers ne subissent aucun traitement non plus, ni aucune attention particulière.

les produits proposés

Je propose donc au point de vente des sirops et confitures qui sont préparés dans mon atelier individuel, il ne comporte pas vraiment de matériel particulier et ressemble à une cuisine qui est consacrée uniquement à mes transformations de fruits. La base de mes préparations est de travailler au maximum avec des fruits frais (récolte et transformation à la suite) avoir des temps de cuisson les plus réduits possibles et une faible concentration en sucre (entre 45 et 55% dans le produit fini) je travaille en général avec 500à 600g de sucre par kilo de fruits, donc préparé avec 65g de fruits pour 100g.


Mon petit atelier et une marmite
de gelée de pommes aux violettes.

Mes préparations ne portent pas l’appellation confiture car la teneur totale en sucre est trop faible (60% pour une confiture), le les ai donc nommés « Délices D’Alice » ce qui me permet de faire un clin d’œil à ma grand-mère qui m’a transmis ses recettes.
Je prépare aussi des compotes avec moins de 20% de sucre dans le produit fini. Mes produits ne contenant pas suffisamment de sucre pour se conserver, je les pasteurise 5 minutes à 80 degrès.


Et bien sûr les produits à la châtaigne : farine, châtaignes sèches, pilpil après décorticage à la machine (dépiquage), on trie les châtaignes sèches à la main, les entières donneront les châtaignons, les brises non abîmées seront moulues pour la farine ou concassées pour le pilpil, les châtaignes abîmées iront pour l’alimentation des animaux.
Je conditionne tous mes produits dans des pots en verre de différentes contenances, le verre est idéal pour la conservation, réutilisable, écologique et recyclable.

Mathilde LUCAIN
Le Comte
48370 ST GERMAIN DE CALBERTE
TEL : 04 66 45 08 38
mathildelucain@yahoo.fr

Pour trouver où acheter et où manger des produits locaux prés de chez soi : cliquer ici

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération. Pour votre santé pratiquez une activité physique régulière, www.mangerbouger.fr