Des brebis et des vignes

En 2005, à 36 ans, Paul Reder a repris la ferme familiale. « Mon père était éleveur bovin et mon grand père était viticulteur. J'ai choisi d'allier les deux productions, en EARL. Mon histoire familiale était fortement liée au lieu et au métier de paysan. Après mes études je suis retourné sur la ferme. J'étais très attaché au lieu, c'est une des raisons qui m'a poussé à m'installer. » 

Je conduis 12 ha de vigne selon les règles de l’agriculture biologique et je vinifie moi-même. Je commercialise mon vin en vente directe et en magasins spécialisés. La plus grosse partie de ma vente passe par des cavistes, la vente au chai prend de plus en plus d'ampleur et j'exporte une petite partie de ma production, mais de moins en moins.

Mon cheptel compte 100 brebis, elles pâturent toute l’année sur 190 ha de garrigues. Je vends mes agneaux en vente directe sur pied en vif jusqu'à aujourd'hui mais diversification du mode de commercialisation avec la mise en place de vente de demi agneau abattus à Pezenas. Les particuliers réservent en amont puis j'amène à l'abattoir les animaux et ils viennent chercher les colis à la ferme. Il m'arrive aussi de faire des livraisons. Ce mode de commercialisation est en développement, je dois développer mon réseau commercial pour parvenir à ne vendre plus qu'en caissette pour augmenter la viabilité de cet atelier.

D'une manière générale la vente directe passe aujourd'hui majoritairement par mon réseau personnel et je dois développer la communication pour augmenter cette part des ventes. Le site www.manger-local.fr pourra certainement m’y aider.

Cette activité emploie une personne à temps plein et une personne à mi temps. La vigne représente 90% de mon chiffre d’affaire et les agneaux 10%. Je parviens à vivre de mon métier et à atteindre les objectifs que je me suis fixés. Au départ, j’ai du financer de petits aménagements, le cheptel, l’habitation et l’apport de trésorerie. J’ai eu recourt à une grosse part d’apport personnel, les aides aux jeunes agriculteurs et j’ai du défendre maintes fois mon projet aux yeux des banques pour qu’elles finissent par accepter de m’aider avec 2 prêts court-terme pour la trésorerie. Le cadre familial a facilité mon installation. L’ADEAR m’a procuré des formations pertinentes au vu de l’orientation choisie pour ma ferme.

Ce qui me plait dans ce métier, c’est la grande liberté d’entreprendre et l’autonomie d’action. J’ai pour projet de développer mon atelier ovin viande. Actuellement mes brebis sont toute l'année en extérieur, dans les parcs. Je voudrais construire une bergerie pour faciliter la conduite du troupeau et pouvoir engraisser davantage mes agneaux. Je voudrais aussi défricher des terres et planter de la vigne. Il faudra aussi que j'aménage davantage mon caveau et ma cave. Enfin j'ai besoin d'embaucher un mi-temps pour m'aider à réaliser ces projets et développer la commercialisation.

Visitez ma fiche producteur en cliquant ici !

Contact :

Paul Reder

Comberousse, route de a Taillade

34660 COURNONTERRAL

04 67 85 05 18 - 06 76 41 74 18

Pour trouver où acheter et où manger des produits locaux prés de chez soi : cliquer ici

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération. Pour votre santé pratiquez une activité physique régulière, www.mangerbouger.fr